Maria AUSILIATRICE

Maria AUSILIATRICE

martedì 15 novembre 2016

FR Neuvaine de l’Immaculée

Avec Marie Immaculée, Fille préférée du Père
Redécouvrons et assumons quotidiennement notre identité filiale
Neuvaine de l’Immaculée 29 novembre - 7 décembre 2016[1]

Introduction
L’article 44 des constitutions nous rappelle que « Marie, mère de Dieu et de l’Eglise, est activement présente dans notre vie et dans l’histoire de notre Institut. Nous référant à Don Bosco : “ C’est Marie qui nous guideˮ, nous développerons pour Elle, un amour filial, plein de reconnaissance, et nous nous engageons à le transmettre aux jeunes ». Durant cette neuvaine, nous voulons nous mettre à l’école de Marie, Fille préférée du Père pour apprendre d’Elle la filiation et assumer notre identité filiale dans la vie quotidienne.

(Nous suivrons un parcourt divisé en trois étapes, suggérés probablement pour le temps marial de notre prière du matin.[2] Chaque étape, à son tour, est articulée en trois moments qui nous permettent de réfléchir, prier et de nous engager.
Il est souhaitable de reprendre l’engagement durant l’examen de conscience du soir de manière à vérifier quotidiennement le parcours. Il est conseillé, si possible, de lire dans son intégralité la contribution qu’inspire la neuvaine, offerte en attache.
Chaque communauté pourra chercher aussi un temps opportun pour un partage communautaire sur la thématique de la neuvaine.
L’introduction, suggérée au début de chaque étape, peut être lue et commentée au mot du soir du jour précédent.

Première étape: Contemplons Marie miroir de notre identité filiale

(Le  texte pourrait servir à motiver le chemin de cette étape et être lu au mot du soir du jour précédent)
            En conclusion de l’Encyclique Deus caritas est”, Benoît XVI invite l’Eglise à regarder Marie, mère du Seigneur comme “miroir de chaque sainteté”. En paraphrasant la pensée du Pontife, durant cette neuvaine, nous voulons nous confronter avec Marie, la contemplant comme le miroir de notre identité filiale.
            L’identité se construit dans la relation avec l’autre et constitue le présupposé de chaque rapport fécond. De cette prospective, affirmer que Marie est le miroir de notre identité est une invitation à nous mirer en Elle pour nous reconnaitre, nous retrouver comme chrétiens


et reproduire dans l’aujourd’hui  ses traits filiaux. Pour nous Filles de Marie Auxiliatrice c’est un appel à nous confronter avec Elle en tant que filles, sœurs et mères. L’aspect filial, la fraternité, et la maternité sont trois dimensions typiquement relationnelles qui renvoient essentiellement à notre identité charismatique au service des jeunes générations. Il s’agit au fond de prendre profondément conscience et d’assumer notre existence et notre vocation filiale avec toutes ses implications.

29 novembre
Pour redécouvrir (pourrait servir comme introduction à l’Angélus durant la neuvaine)

Avec Marie et comme Marie reconnaissons-nous filles et fils du Père

Comme “fille préférée”,  Marie invite la personne humaine à accueillir la paternité de Dieu et par conséquent à reconnaitre la propriété filiale. Dans ce sens, invoquer Dieu comme Père c’est se retrouver comme personne créé à l’image du Fils et recréée en Lui comme fille du Père. Ce qui implique la capacité de « vivre des sentiments de dépendance, de gratitude, d’obéissance. Etre fils n’est autre que la réponse joyeuse et pleine d’amour qui nous précède ».
La fidélité de la jeune femme de Nazareth, nous offre la capacité de répondre dans la liberté de la foi à l’appel divin. Marie, comme « femme libre et responsable dans la réponse prompte au moment de l’annonciation, révèle la vocation ultime de la personne humaine : la communion dialogique et aimante avec Dieu Père, par l’intermédiaire du Fils dans l’Esprit ».
En outre, son expérience filiale fait redécouvrir à chaque personne son identité de créature qui connait la rédemption par le Christ dans la gratuité totale. De cette façon, Elle, la nouvelle fille de Sion, la pleine de grâce, constitue pour l’humanité un exemple de personne pleinement accomplie parce que recrée. Donc, Marie soumet de nouveau à l’humanité la création, soit comme espace de vie à préserver et non à abuser d’elle, soit comme lieu de louange à Dieu et de service aux frères.

Bref  moment de silence

Pour prier

Contemplons le mystère de l’incarnation du Fils de Dieu par la salutation de l’ange à la Vierge Marie miroir de notre identité filiale.

Prière de l’Angélus récitée ou chantée (au choix)

A Marie, fille préférée du Père, confions notre engagement d’assumer notre identité filiale dans le quotidien.

Prière de confiance à Marie (pour tous les jours de la neuvaine)

PRIERE A MARIE IMMACULEE

Vierge Immaculée Auxiliatrice,
A toi, Fille préférée du Père,
Mère de Jésus et notre Mère,
Nous nous confions avec confiance et amour filial.

Toi Immaculée, toute belle!
Nous te contemplons Marie miroir de notre identité filiale.
Suscite en nous, un engagement renouvelé pour assumer les
Exigences de notre identité filiale.
Avec toi et comme toi nous nous reconnaissons fille du Père.
Enseigne-nous à vivre la fraternité
Valorisant les liens avec toutes les créatures.

Toi Immaculée, toute pure !
En toi nous redécouvrons la fécondité de la vie filiale.
Vierge, disciple du Fils, à ton école
Nous renouvelons notre don au Seigneur ;
Aide nous à vivre la radicalité des conseils évangéliques
Pour être comme toi, témoins de la vie filiale.

Toi Immaculée, pleine de grâce!
En toi nous contemplons l’icône maternelle de la vie filiale.
Fait que nous assumions la maternité comme don et tâche
Pour être ventre qui garde la vie,
Maison hospitalière et accueillante pour les jeunes,
Pour les sœurs et pour les personnes que nous croisons sur le chemin de la vie.

Toi Immaculée, Auxiliatrice!
En toi nous trouvons la Maitresse et le guide.
Aide nous  à intérioriser ces traits filiaux
Qui  nous poussent à être persévérantes dans la prière,
En intensifiant notre communion avec le Père
Et nous ouvrent au Christ présent dans nos frères et dans les autres réalités.

Toi Immaculée et Mère,
Educatrice de Jésus et des chrétiens.
Nous nous mettons à ton école pour nous laisser éduquer
Et pour apprendre à éduquer à la vie de prière, à la communion et au service
Pour être le reflet de ton visage filial
Dans les communautés éducatives, dans la Famille Salésienne,
Dans l’Eglise et dans la société.
Amen


A vivre
Aujourd’hui, je chercherai un moment durant la journée pour repenser à la paternité de Dieu, pour remercier le Père du don d’avoir été choisie de toute éternité à être fille dans le Fils.

30 novembre

Pour redécouvrir (pourrait servir comme introduction à l’Angélus durant la neuvaine)

Avec Marie et comme Marie, assumons la fraternité
Comme fils du même Père, formons une unique famille. La filiation est, donc, le présupposé et le fondement de la relation fraternelle parce qu’on ne peut être sœur/frère sans être fille ou fils. Ce qui implique la capacité d’aller au-delà des barrières pour vivre avec crédibilité l’amour et la solidarité fraternelle.
De cette façon la filialité de Marie, comme celle de Jésus, implique toute la vie, non comme une réalité à part, mais comme la manière plus humaine et plus religieuse de vivre la vie. Pourtant, Marie comme sœur nous enseigne à assumer la fraternité comme don et tâche. D’Elle on peut apprendre à être sœur et frère capables de créer, aussi avec fatigue, le vrai climat de famille où chacun cherche à accueillir toujours l’autre avec respect, estime et compassion, en attitude de dialogue ouvert et familier, de bienveillance, de vraie et fraternelle amitié. Avec Elle on peut édifier une famille qui valorise ce que chacun donne et lui permet de donner le meilleur de soi pour construire jour après jour la maison commune.

Bref moment de silence

Pour Prier (pourrait servir comme introduction à l’Angélus durant la neuvaine)

Contemplons le mystère de l’incarnation du Fils de Dieu par la salutation de l’Ange à la Verge Maria, miroir de notre identité filiale:

Prière de l’Angélus récitée ou chantée, au choix

A Marie fille préférée du Père, confions notre engagement d’assumer notre identité filiale au quotidien.

Prière de confiance à Marie (du premier jour)

Pour vivre

En un moment de prière personnelle,  je ré-évoque mon expérience de vie fraternelle, je remercie le Père pour toutes les personnes qu’il m’a donné comme sœurs et frères, je prie pour ceux avec qui j’ai du mal à vivre la fraternité. Je cherche aujourd’hui d’accomplir un geste qui traduit mon engagement d’assumer avec Marie la fraternité au quotidien.




1er décembre

Pour redécouvrir (pourrait servir comme introduction à l’Angélus durant la neuvaine)

Avec Marie et comme Marie mère du Fils, apprenons la maternité

Dans la prospective filiale, maternité et filiation sont des réalités tellement liées pour nous consentir d’affirmer que Marie est fille pour devenir mère et, en devenant mère, Elle  réalise complémentairement sa filiation.
Les paroles de Jésus sur la croix: “Femme, voici ton fils”, et au disciple : “Voici ta mère!”, viennent confirmer la singularité et l’universalité de cette maternité décidément nouvelle parce qu’elle passe d’une maternité physique à une maternité spirituelle. Jésus sur la croix semble inviter sa mère douloureuse à déposer la douleur pour redécouvrir sa maternité plus authentique, sa capacité d’amour. C’est une invitation à vivre la vocation maternelle comme une ressource pour protéger, garder, régénérer et faire refleurir  la vie où prévaux la mort. Marie sous la croix, à l’écoute de son Fils, apprend la maternité hospitalière et régénératrice.
D’Elle on peut apprendre à être espace accueillant pour les jeunes ; on peut apprendre la maternité blessée par la souffrance de notre monde, mais qui génère vie, parce que acceptée avec amour. Elle est mère parce que génère notre identité de fille, sœur et mère et nous invite à accueillir comme elle la maternité comme don.

Bref moment de silence

Pour Prier (pourrait servir comme introduction à l’Angélus durant la neuvaine)

Contemplons le mystère de l’incarnation du Fils de Dieu par la salutation de l’Ange à la Verge Maria, miroir de notre identité filiale:

Prière de l’Angélus récitée ou chantée, au choix

A Marie fille préférée du Père, confions notre engagement d’assumer notre identité filiale au quotidien.

Prière de confiance à Marie (du premier jour)

A vivre

Aujourd’hui, à l’école de Marie aux pieds de la croix, je ferai de ma journée une espace accueillante pour les jeunes, les consœurs et toutes les personnes que je rencontrerai sur mon chemin.





Seconde étape: Avec Marie redécouvrons la fécondité de la vie filiale

(Cette introduction pourrait servir pour motiver le chemin de cette étape et pourrait être lu au mot du soir du jour précédent)

La sœur ou le frère, qui trouve en Marie la grande sœur pour vivre comme disciple la “sequela cristiˮ- à la suite du Christ-, la suit vivant ses propres sentiments pour collaborer à construire ensemble la famille  de son Fils. Elle montre de cette manière la fécondité de la vie filiale, c’est à dire que la vie filiale n’est pas le pur accueil passif d’un don de grâce totalement étranger à la personne, mais l’éclosion surabondante de la grâce dans le simple renouvellement du “me voici” du fils en face du Père.
Si encore aujourd’hui les difficultés relationnelles continuent à être le problème majeur des familles, des communautés de vie consacrée, des frottements sociaux, c’est signe que nous sommes encore loin d’incarner la réalité filiale. Pour cela, il faut avoir le courage d’une saine et réaliste vérification et l’audace de la recherche de stratégie adéquate pour améliorer la situation. La route est claire pour qui n’accepte pas la stérilité et décide de vivre la fécondité de mère/père. Que Marie de Nazareth, femme des relations fécondes, nous enseigne la route de la maternité féconde.

Bref moment de silence


02 décembre
Pour redécouvrir (pourrait servir comme introduction à l’Angélus durant la neuvaine)

Avec Marie à l’école du fils redécouvrons le sens profond d’être disciple

Dans la relation si profonde et complexe, apprise de Marie fille, sœur et mère, on peut trouver le sens profond des conseils évangéliques et  apprendre d’Elle, première disciple, à s’abandonner dans la foi à l’amour exclusif du Père à la suite du Fils ! Marie, en effet, est certes que Dieu Père l’a pensée avec amour depuis l’éternité ; ce qui suscite en elle cette confiance/abandon filial qui la rend disposée à répondre « Oui » à l’annonce de l’Ange. La pauvreté/petitesse est accueillie et vécue avec sérénité parce que dans sa pauvreté, Elle découvre le motif de la prédilection du Père et pour cela Elle répond par un sentiment de louange, de gratitude et d’amour.

Bref  moment de silence

Pour Prier (pourrait servir comme introduction à l’Angélus durant la neuvaine)

Contemplons le mystère de l’incarnation du Fils de Dieu par la salutation de l’Ange à la Verge Maria, miroir de notre identité filiale:

Prière de l’Angélus récitée ou chantée, au choix

A Marie fille préférée du Père, confions notre engagement d’assumer notre identité filiale au quotidien.

Prière de confiance à Marie (du premier jour)

A vivre
Aujourd’hui à l’école de Marie disciple du Fils, renouvelons notre offrande au Seigneur et  engageons-nous à vivre dans l’humilité le “me voici!” et le “vado io!”.




03 décembre
Pour redécouvrir (pourrait servir comme introduction à l’Angélus durant la neuvaine)

Contemplons Marie comme mère qui accueille et se fait accueillir du Fils

Le disciple confié à Marie et Marie confiée au disciple aide à comprendre la valeur de la maternité/filiale comme don, et le pouvoir de l’accueil réciproque. Selon Ronchi, le principe mariologique dit que le critère de l’accueil entre dans la structure même de l’expérience chrétienne : « à tous ceux qui l’ont reçu il a donné le pouvoir de devenir enfant de Dieu » (Jn 1, 12).
Ces annotations stimulent à accueillir Marie comme Mère et comme le dit Ronchi, l’accueillir comme disciple pour retrouver notre identité: «le disciple la prit chez lui, parmi ses biens précieux. Un événement qui oriente un disciple. Jean établit le paradigme de notre attitude envers Marie ». Il ne s’agit pas pour Marie de recevoir protection et hospitalité dans la maison des disciples : c’est Elle qui vient comme une richesse déposée dans la maison, comme identité dans ta recherche d’identité. Prends- la dans les choses qui te disent ici je suis, elle est ta définition ; préférée parmi tes choses. Tu es comme Marie, personne annoncée ; tu es comme Marie, maison de Dieu ; tu es comme Marie croyante joyeuse ; tu es comme Elle, dispensatrice de vin et de joie. Ton identité. Marie est mère parce qu’ Elle dit et génère ton identité de croyante ».

Bref  moment de silence

Pour Prier (pourrait servir comme introduction à l’Angélus durant la neuvaine)

Contemplons le mystère de l’incarnation du Fils de Dieu par la salutation de l’Ange à la Verge Maria, miroir de notre identité filiale:

Prière de l’Angélus récitée ou chantée, au choix

A Marie fille préférée du Père, confions notre engagement d’assumer notre identité filiale au quotidien.

Prière de confiance à Marie (du premier jour)

A vivre
Aujourd’hui faisons l’exercice d’accueillir Marie comme l’a fait Jean. Apprenons d’Elle à être Mère pour toutes les personnes que nous rencontrerons durant la journée.



04 décembre

Pour redécouvrir (pourrait servir comme introduction à l’Angélus durant la neuvaine)

Etre le reflet du visage filial de Marie
Etre le reflet du visage filial de Marie et témoin de sa vie filiale. Le croyant qui s’engage à être reflet du visage filial de Marie cette “fille préférée”, est une personne intérieurement unifiée non de soi-même mais de la puissance du Saint Esprit. Elle est capable de vivre en profonde communion avec le Père faisant de sa volonté l’unique gloire. Dans ce sens, la personne unifiée ne se sent jamais seule et perdue, parce qu’elle se sent fille, jamais abandonnée ni rejetée, au contraire choisie et bénie du Père depuis la création du monde. « D’où jaillit le sentiment vif de la providence du Père, qui prend soin de tous ses fils (cf Mt 6, 25-34 ; 1Pt 5,6) les appelant selon son dessein à la gloire (cf Rm 8, 28-30) ».
Dans ce sens, la vie mariale du témoignage est celle du don total de soi s’associant dans l’offrande du Fils jusqu’à la croix. Au pied de la croix Marie enseigne la force et le courage de qui n’a pas eu de remise sur le prix de la souffrance. Elle enseigne comment on vit le temps de la croix, comme si l’on est aux pieds de la croix où le Christ est encore crucifié dans ses frères. Le croyant  qui est éduqué au témoignage filiale selon la vie mariale, atteint la conscience que le « Seigneur protègera toujours ses fils, mais pas de la souffrance, plutôt dans la souffrance. Comme il a protégé Jésus son Fils non de la mort, mais dans la mort ». Cette conviction alimentée des sacrements, spécialement de l’Eucharistie, “pain des fils”, habituera le croyant à affronter la vie avec sérénité.

Bref  moment de silence

Pour Prier (pourrait servir comme introduction à l’Angélus durant la neuvaine)

Contemplons le mystère de l’incarnation du Fils de Dieu par la salutation de l’Ange à la Verge Maria, miroir de notre identité filiale:

Prière de l’Angélus récitée ou chantée, au choix

A Marie fille préférée du Père, confions notre engagement d’assumer notre identité filiale au quotidien.

Prière de confiance à Marie (du premier jour)

A vivre
Aujourd’hui, nous nous engageons à être le reflet de la bonté maternelle de Marie dans le don total de nous même et à accueillir les difficultés, en les associant à l’offrande de Jésus sur la croix.




Troisième étape: Avec Marie s’éduquer et éduquer à la vie filiale
(Cette introduction pourrait servir pour motiver le chemin de cette étape et pourrait être lu au mot du soir le jour précédent)

Dans la prospective filiale, être le reflet de la filiation mariale est assumer les traits filiaux, les reproduire dans la vie personnelle et collaborer comme cela à les générer dans la vie des jeunes générations à travers l’éducation. Quels sont les traits de la vie filiale à éduquer ? Ces traits sont bien reconnaissables autour des trois dimensions de la vie chrétienne : diakonia, koinoniae martyria. Par conséquent, prière, service, communion et témoignage jusqu’au martyre sont convergents dans cette unique œuvre : se rendre disponible à l’Esprit pour pouvoir se revêtir du Fils, répondant oui à l’appel du Père.
Pour ce, nous éduquer et éduquer à la vie filiale implique éduquer à la vie relationnelle comme axe transversal qui devient prière dans la relation comme Dieu, communion, service et témoignage jusqu’au martyre, dans la relation avec l’autre. Durant cette dernière étape de notre neuvaine, nous nous mettons à l’école de Marie pour nous laisser éduquer, de manière à pouvoir éduquer les jeunes à la vie filiale.

05 décembre
Pour redécouvrir (pourrait servir comme introduction à l’Angélus durant la neuvaine)

Avec Maria nous éduquer et éduquer à la prière comme la respiration de la vie filiale
       Nous éduquer et éduquer à la prière comme la respiration de la vie filiale s’est s’approprier de nouveau et renforcer l’identité filiale, c'est-à-dire redécouvrir la valeur de la paternité/maternité dans le processus de croissance de la personne. Par conséquent, la prière est une manière d’être, c’est la capacité de prononcer, d’une partie, une parole de foi : “je crois en toi”; d’autre part, c’est écouter une parole génératrice : “Tu es mon Fils”. Il s’agit d’un dialogue qui fait émerger l’altérité dans la réalité plus profonde et s’ouvre, toutefois, à la confiance réciproque. Dans cette dynamique, la prière se fait confiance et force régénératrice de l’autre, parce que devenir fils ou fille au sens plein n’est pas seulement crier “Abba, Père”, mais dire aussi “notre Père”.
Nous éduquer et éduquer à la prière, dans la prospective filiale, c’est s’ouvrir à la richesse de la vie relationnelle avec l’autre (Dieu un et trinitaire) et avec les autres (personnes et toute créature). Marie, personne relationnelle, invite à l’ouverture, au transcendant et au respect de l’autre. Comme première disciple du Fils, assume sa prière et devient Elle aussi  maitresse de prière. Dès l’annonciation à la visitation, de Cana au Golgotha, de la Pâque à la Pentecôte, Elle révèle sa persévérance dans la prière. Son expérience est un appel pour les éducateurs dans l’accompagnement des jeunes générations à faire une expérience profonde de Dieu pour être, à leur tour, reflet lumineux de filiation.

Bref  moment de silence

Pour Prier (pourrait servir comme introduction à l’Angélus durant la neuvaine)

Contemplons le mystère de l’incarnation du Fils de Dieu par la salutation de l’Ange à la Verge Maria, miroir de notre identité filiale:

Prière de l’Angélus récitée ou chantée, au choix

A Marie fille préférée du Père, confions notre engagement d’assumer notre identité filiale au quotidien.

Prière de confiance à Marie (du premier jour)

A vivre
Aujourd’hui, nous nous engageons à être « persévérantes » dans la prière avec Marie et comme Marie pour intensifier notre communion avec le Père et nous ouvrir au Christ présent en nos frères et en chaque autre réalitéˮ (Const. Art. 37).



06 décembre

Pour redécouvrir (pourrait servir comme introduction à l’Angélus durant la neuvaine)

Avec Marie nous éduquer et éduquer à la relation
L’engagement de nous éduquer et d’éduquer à la relation doit devenir communion des fils (koinonia). Celui qui est fils est constamment conformé dans l’Esprit à celui qui est l’aîné de nombreux frères. (cf Rm. 8,29). L’union au Fils grandit ensemble et proportionnellement à l’union avec les autres fils. Ce qui signifie que ce n’est pas seulement la relation avec Dieu qui permet la communion avec les frères, mais aussi l’amour réciproque permet au rapport que l’homme instaure avec Dieu à être authentiquement filiale.
Marie a vécu pleinement cette réciprocité de rapport. Comme personne essentiellement relationnée à Dieu et au prochain, elle invite les éducateurs à former à la solidarité et à l’amour. Ce qui implique la nécessité de rompre les barrières pour créer des ponts et liaisons, de travailler en réseau, de communiquer avec les autres. Comme personne de communion, Marie pousse à la solidarité avec tous. Comme Mère, elle participe pleinement au rêve si cher au fils de promouvoir l’unité entre les croyants (cf Jn 17, 10-20). Face à toutes les difficultés qui empêchent la paix dans le monde, de créer communion et collaboration dans les sociétés, dans les familles et dans les communautés, Marie éduque à ne pas reculer, à ne pas se décourager, à croire chaque jour au projet de communion que le Père a sur chaque membre de l’Eglise.


Bref  moment de silence

Pour Prier (pourrait servir comme introduction à l’Angélus durant la neuvaine)

Contemplons le mystère de l’incarnation du Fils de Dieu par la salutation de l’Ange à la Verge Maria, miroir de notre identité filiale:

Prière de l’Angélus récitée ou chantée, au choix

A Marie fille préférée du Père, confions notre engagement d’assumer notre identité filiale au quotidien.

Prière de confiance à Marie (du premier jour)

A vivre
J’identifie en moi: les ressources qui m’aident à vivre la communion et les obstacles plus fréquents qui m’empêchent de vivre une relation sereine. Je choisis un petit engagement  qui m’aide à devenir comme Marie, femme de communion.




07 décembre
Avec Marie nous éduquer et éduquer au service

Selon les paroles même du Fils, le service est la note dominante de son être dans le monde, c’est la modalité selon laquelle il vit sa filiation : « Moi je suis au milieu de vous comme celui qui sert » (Lc 22, 27) ; cf Mt 20, 28 ; Gv 1, 1-20). Donc, nous éduquer et éduquer au service dans la prospective filiale, va au-delà du volontariat sporadique (éparpillé) ou la solidarité philanthropique (caritative - charitable) dans certaines occasions. Il s’agit d’une éducation qui habilite la personne à se faire proche, comme Jésus nous enseigne dans la parabole du bon samaritain, c'est-à-dire à être attentif, à aller au-delà de l’empressement, de l’activisme légalisé pour se rendre compte de l’autre qui est sur notre chemin et qui invoque l’aide ; se laisser prendre par la compassion et en prendre soin. L’intensité du service filiale assume la connotation de l’amour du Christ, où “ jusqu’à la finˮ s’entend non seulement comme persévérance dans le temps mais comme totalité, irrévocable et gratuite du don de soi.
Marie a assumé jusqu’au bout ce style de service filial, en ce temps de la globalisation, Elle nous éduque à nous éduquer et nous appelle à éduquer les jeunes à s’arrêter et à vaincre la solidarité de la mort pour promouvoir une vie à l’enseigne du service des frères et sœurs. La personne qui suit le Christ dans le service de l’éducation est fortement disponible et ouverte au projet du Père. Elle devient sa collaboratrice comme Marie dans le don total, irrévocable et gratuit de soi en s’unissant au Fils dans l’œuvre du salut de l’humanité.

Bref  moment de silence

Pour Prier (pourrait servir comme introduction à l’Angélus durant la neuvaine)

Contemplons le mystère de l’incarnation du Fils de Dieu par la salutation de l’Ange à la Verge Maria, miroir de notre identité filiale:

Prière de l’Angélus récitée ou chantée, au choix

A Marie fille préférée du Père, confions notre engagement d’assumer notre identité filiale au quotidien.

Prière de confiance à Marie (du premier jour)

A vivre
Aujourd’hui, je me rends disponible pour servir tous ceux qui on besoin d’aide. Je n’airai pas au lit sans avoir offert mon service à quelqu’un.



08  décembre: Solennité de l’Immaculée conception

Introduction à l’Angélus

Sur le saint chemin de l’Avent, l’Eglise nous fait vénérer Marie, Fille préférée du Père, comme celle qui, par grâce, n’est pas marquée par le mal. L’Immaculée devient pour nous signe d’espérance sûre et nous témoigne que le mal n’aura pas le dernier mot.
Mère Mazzarello exhortait: “Nous nous approchons de la fête de l’Immaculée. Notre règle veut que nous la célébrions avec grande solennité. Mais en plus de cela elle doit être une des plus belles fêtes,  pour nous, qui sommes Filles de Marieˮ
En accueillant cette exhortation de Mère Mazzarello, nous célébrons la solennité de l’Immaculée Conception en nous reconnaissant immensément comblées devant la Vierge Mère qui, par son “Ouiˮ inconditionné, nous a ouvert le chemin du salut.
D’Elle apprenons à vivre la filiation et à dire avec puissance et générosité notre  “me voici!” au Seigneur à chaque moment de notre vie.

Angélus chanté
A Marie fille préférée du Père, confions notre engagement d’assumer notre identité filiale dans le quotidien.

Prière de confiance à Marie (du premier jour)





[1] Préparée par sr Martha SEÏDE. (cf Martha Séïde, Pour une génération filiale. La vie mariale de l’éducation dans, Farina Marcella-Siboldi Rosangela-Spiga Maria Teresa, Filialité. Parcourt de réflexion et de recherche, Cité du Vatican, LEV 2014, 312-331).

[2] Les communautés qui célèbrent la neuvaine avec la communauté éducative, cherchera le moment plus opportun et adaptera le contenu de manière à ce que les jeunes eux aussi aient l’opportunité de réfléchir et de prier sur le thème ‘’filial’’ typique de la vie chrétienne.

Nessun commento:

Posta un commento